Tony Gagniarre

Membre du jury 2017

Tony Gagniarre

Un papier et un crayon. J’ai commencé comme ça; par la bande dessinée.  A une époque où ce n’était encore qu’une sous culture. J’ai réalisé des pages et des pages d’histoires dans des cahiers d’écoliers quadrillés bien pratiques pour dessiner des cadres droits. A 15 ans, on m’a offert ma première caméra Super 8. Complexe de faire des films dont on attendait parfois 3 semaines pour voir le résultat!

De 1995 à 2000, j’étudie d’abord l’histoire de l’art à la faculté puis je continue des études à l’école d’art de Dijon.

Depuis je travaille l’image sous toutes ses expressions. Fixe ou en mouvement, elle est un champ d’expérimentation, d’innovation et de création constant pour moi. Graffiti, graphisme, peinture, vidéos, du montage, motion design et étalonnage. La photo est venue s’ajouter plus tard à mon champs lexical.

Je continue naturellement, comme un besoin, une boulimie jamais rassasiée. Le Graffiti m’a donné une identité : le Coyot. Parce que Beep Beep et coyote, parce que c’est un animal solitaire, intelligent, qui vit très bien au contact des humains et parce que symboliquement le coyote est un animal chargé en significations complexes et ambiguës. Il est très lié à la culture amérindienne. Puis j’ai laissé le Graffiti continuer sans moi,  Egoïstement peut-être, parce qu’il m’avait donné tout ce qu’il pouvait me donner.

En 2008 je découvre l’étalonnage au sein de la société Constance Production. Le potentiel technique et artistique du métier me passionne encore aujourd’hui.

En 2010 je développe un poste d’étalonnage à Nicéphore Cité. Je travaille pour plusieurs sociétés de productions, essentiellement sur des documentaires et courts métrages. Mais je mets également mes compétences au service de projets que je réalise en vidéo pour le spectacle vivant, les clips ou les films institutionnels.

En 2012- 2013 et 2014 j’organise les nuits Images Inédites. Durant une nuit nous diffusons des films fantastiques orphelins du cinéma. Peu vus, peu diffusés et pourtant des grands films fait par des réalisateurs qui ont forgé ma cinéphilie passionnelle.

Depuis 2010 au sein de Nicéphore Cité, je transmets à travers des actions pédagogiques à destination de publics essentiellement jeunes, mes connaissances sur l’image fixe ou le langage audiovisuel. Le Graphisme m’a donné un métier. La vidéo (réalisation, montage, post-production) m’a permis de découvrir l’étalonnage. L’étalonnage vidéo c’est un peu l’union de toutes ces passions devenues des savoirs faire. C’est une des approches de l’image qui me satisfait le plus actuellement. Mais si j’ai trouvé une forme de satisfaction dans ce métier, je pratique toujours le graphisme, la réalisation et le dessin avec les mêmes besoins et toujours de nouvelles envies.

commentaires fermés

Association Chalon Tout Court, 21 Avenue de l'Aubépin, 71100 Chalon-sur-Saône - contact[@]chalontoutcourt.com - 06 47 83 96 88