édition 2017

LE PALMARÈS

GRAND PRIX du Jury : « Liste » de T.Beaufils, F.Graff, A.Hamain et P.Tiprez – Animation – EMCA / CREADOC (France)
MENTION SPÉCIALE : « Alphonsine » de Matthieu Raulic – Documentaire – IAD (Belgique)
PRIX DU MEILLEUR FILM ÉTRANGER : « Mayday relay » de Florian Tscharf – Fiction – Filmakademie Baden-Württemberg (Allemagne)
MENTION SPÉCIALE : « My milk cup cow » de Yantong Zhu – Animation – Tokyo University of the Arts (Japon)
PRIX DÉCOUVERTE : « Elisa » de Kristina Shtubert – Fiction – dffb (Allemagne)
PRIX DU JURY ÉTUDIANT : « Milimeterle » de Pascal Reinmann – Fiction – ZHdK (Suisse)
PRIX DE L’ASSOCIATION LA BOBINE : « La nuit d’Émile » de Camille Picquet – Fiction – La Fémis (France)

LE GRAND JURY

– Mathias GOKALP – Président du jury –

Né à Paris, Mathias Gokalp étudie les lettres modernes à la Sorbonne, et se lance dans la réalisation, avec les courts métrages expérimentaux Chromatiques (1991) et L’or des blés (1993). Puis il se forme à la réalisation l’INSAS de Bruxelles (1995), où il signe le documentaire Salvatore Nicotra (1996) sur un jeune élu du Front National, et la fantaisie musicale Rachid et Martha (1996).

Il devient ensuite formateur d’ateliers pédagogiques, réalise des programmes scientifiques pour la Cinquième, et signe les courts métrages remarqués Mi-temps (nominé aux European Film Awards en 2002), Le tarif de Dieu (2003) et Le droit chemin (prix SACD à la Quinzaine des réalisateurs en 2004), dans lesquels il filme successivement des êtres coincés dans leur présent aliénant (caisse de supermarché, prison) ou fatal (maladie), dont ils font tout pour sortir, ne serait-ce que pour assouvir un rêve.

Après le documentaire Je suis japonais (2008), où il plonge dans la vie d’escort boy pour femmes à Tokyo, le jeune réalisateur s’attaque à son premier long métrage. C’est Rien de personnel (2009), exercice de coaching d’une entreprise qui connaît la crise, avec une brochette d’acteurs chevronnés : Jean-Pierre Darroussin, Mélanie Doutey, Zabou Breitman, Pascal Greggory, Denis Podalydès, Bouli Lanners, et ses acteurs fétiches Dimitri Storoge et Richard Chevallier. Le film est sélectionné à la Semaine de la Critique à Cannes. Il enseigne actuellement à l’INSAS, à la Cinéfabrique et à l’ESAV (Marrakech).

– Anaïs Colpin –

 

Venue du service diffusion au Fresnoy et du service Court Métrage du Festival de Cannes, Anaïs Colpin est à présent chargée de diffusion et distribution au sein de Manifest depuis sa création en décembre 2015. Elle gère un catalogue d’une cinquantaine de films, pour lesquels elle assure leur carrière en festivals ainsi que les ventes en France et à l’international.

 

 

 

 – Lucie Portehaut –

 

A démarré sa carrière auprès d’UGC International puis s’est lancée dans la production audiovisuelle auprès de la société franco-américaine Central Films avec des films tels que Mary d’Abel Ferrara et I Come with the rain de Tran Anh Hung. Elle a développé et produit pendant trois ans auprès de Xavier Carniaux (AMIP) des documentaires de création exigeants avec des auteurs tels que Chantal Akerman, André S. Labarthe, Frédéric Compain, Jean-Louis Comolli…Puis a rejoint les Fées Productions où elle a produit une vingtaine de films.

 

 

– Tony Gagniarre –

Un papier et un crayon. J’ai commencé comme ça; par la bande dessinée.  A une époque où ce n’était encore qu’une sous culture. J’ai réalisé des pages et des pages d’histoires dans des cahiers d’écoliers quadrillés bien pratiques pour dessiner des cadres droits. A 15 ans, on m’a offert ma première caméra Super 8. Complexe de faire des films dont on attendait parfois 3 semaines pour voir le résultat!

De 1995 à 2000, j’étudie d’abord l’histoire de l’art à la faculté puis je continue des études à l’école d’art de Dijon.

Depuis je travaille l’image sous toutes ses expressions. Fixe ou en mouvement, elle est un champ d’expérimentation, d’innovation et de création constant pour moi. Graffiti, graphisme, peinture, vidéos, du montage, motion design et étalonnage. La photo est venue s’ajouter plus tard à mon champs lexical.

Je continue naturellement, comme un besoin, une boulimie jamais rassasiée. Le Graffiti m’a donné une identité : le Coyot. Parce que Beep Beep et coyote, parce que c’est un animal solitaire, intelligent, qui vit très bien au contact des humains et parce que symboliquement le coyote est un animal chargé en significations complexes et ambiguës. Il est très lié à la culture amérindienne. Puis j’ai laissé le Graffiti continuer sans moi,  Egoïstement peut-être, parce qu’il m’avait donné tout ce qu’il pouvait me donner.

En 2008 je découvre l’étalonnage au sein de la société Constance Production. Le potentiel technique et artistique du métier me passionne encore aujourd’hui.

En 2010 je développe un poste d’étalonnage à Nicéphore Cité. Je travaille pour plusieurs sociétés de productions, essentiellement sur des documentaires et courts métrages. Mais je mets également mes compétences au service de projets que je réalise en vidéo pour le spectacle vivant, les clips ou les films institutionnels.

En 2012- 2013 et 2014 j’organise les nuits Images Inédites. Durant une nuit nous diffusons des films fantastiques orphelins du cinéma. Peu vus, peu diffusés et pourtant des grands films fait par des réalisateurs qui ont forgé ma cinéphilie passionnelle.

Depuis 2010 au sein de Nicéphore Cité, je transmets à travers des actions pédagogiques à destination de publics essentiellement jeunes, mes connaissances sur l’image fixe ou le langage audiovisuel. Le Graphisme m’a donné un métier. La vidéo (réalisation, montage, post-production) m’a permis de découvrir l’étalonnage. L’étalonnage vidéo c’est un peu l’union de toutes ces passions devenues des savoirs faire. C’est une des approches de l’image qui me satisfait le plus actuellement. Mais si j’ai trouvé une forme de satisfaction dans ce métier, je pratique toujours le graphisme, la réalisation et le dessin avec les mêmes besoins et toujours de nouvelles envies.

– Basile Vuillemin –

Réalisateur franco-suisse, né à Genève en 1990. Il grandit dans une famille de comédiens et découvre très jeune le cinéma pour lequel il se montre curieux, ouvert à tous les genres : du cinéma indépendant aux gros Blockbusters américains. Il se destine longtemps au métier d’acteur et entreprend une formation au jeu, en parallèle de ses études de piano au Conservatoire de Genève. Il joue dans différentes pièces de théâtre et films depuis son enfance. A 18 ans, il passe derrière la caméra et réalise un court-métrage de 26 minutes. Cette expérience est une révélation, il interrompt son cursus au Conservatoire de théâtre pour aller étudier la réalisation et la direction d’acteur en Belgique, à l’Institut des arts de diffusion (IAD), dont il sort diplômé d’un Master Fiction cinéma en 2015. Son court-métrage de fin d’études, “ Du bout des doigts”, a voyagé dans plus d’une vingtaine de pays et obtenu de nombreux prix internationaux, dont le Prix de la Bobine du Festival Chalon tout Court 2016.

 

– Gilles Colpart –

C’est à son assiduité aux Rencontres de Marcigny dès 1975 que Gilles Colpart (alors récent lauréat du jeu télévisé « Monsieur Cinéma » de Pierre Tchernia) doit les amitiés décisives qui, depuis les années 1980, l’ont conduit à collaborer à diverses activités cinématographiques de Chalon sur Saône. Programmant des « Nuits » (notamment du fantastique) à l’Espace des Arts, il participe au comité de sélection des courts métrages du festival de l’image de film, dont l’instauration en 1986 semblait s’imposer en cette « ville de l’image », pour l’image de la ville. Il est même membre du jury de la sixième édition, en 1991, quatre mois après avoir côtoyé la présidente Geraldine Chaplin au sein du jury de la Caméra d’or du Festival de Cannes.

Ce prix prestigieux étant sponsorisé par son créateur Kodak, dont l’usine principale ne se situait ailleurs qu’à… Chalon, s’imposait un jour ou l’autre l’organisation d’une rétrospective de tous les films qui en avaient jusqu’alors été lauréats. C’est ce que fit La Bobine, en 1995, proposant l’animation de certains débats à Gilles Colpart qui venait de présider le Jury Kodak du court métrage du Festival de Cannes 1994. La belle histoire avec La Bobine se poursuit, depuis, par la programmation annuelle, à l’automne, d’une Soirée Courts Métrages dont Pascal Mieszala fut l’un des réalisateurs invités.

Le court métrage fut très tôt au centre des motivations du critique et journaliste de cinéma, auteur d’ouvrages sur Lino Ventura, Douglas Sirk, Billy Wilder, rédacteur jusqu’en 2000 aux « Fiches de Monsieur Cinéma » (éditées à Mâcon) mais aussi collaborateur de « BREF » dès sa création, membre du Conseil d’administration de l’Agence du court métrage, « délégué au court métrage » de la Semaine de la critique du Festival de Cannes de 1988 à 1997, membre du jury en 1982 puis « Grand Témoin » en 1998 du festival de court métrage de Clermont-Ferrand, juré au Portugal, en Italie, en Grèce, au Canada, à l’île de La Réunion… Depuis 2008, il est lié à divers titres à l’Académie des César du cinéma (« Nuits en or du court métrage », écriture d’un ouvrage encyclopédique toujours inédit).

 

LE JURY JEUNE

Eva Buisson – Terminale L – Lycée Mathias

Solène de Bontin – Terminale L – Lycée Mathias

Lucas Grandjean – 2ème année SGM – IUT

Magali Pelletier – 1ème année SGM – IUT

Leane Souillot – 3ème année – École Média Art

Robin Voisin – 2ème année – École Média Art

LA SÉLECTION

Films en compétition


A DOCUMENTARY FILM de Podolec Marcin – Poland
AEDES de Nicolas Von Borzyskowski – France
ALPHONSINE de Matthieu Raulic – Belgium
ANGELIKA de Leopold Legrand – Belgium
APPROACHING THE PUDDLE de Sebastian Gimmel – Germany
ARI de Clément Verneuil – Canada
BIENTÔT, NOS ÉTÉS PERDUS de Clément Verrier – France
CAMREX de Mark Chapman – UK
CERAMIC TALES de Martina Droandi – Belgium, Portugal, Hungary
CHHAYA de Debanjan Nandy – UK
CHILDREN de Paul Mas – France
DESTINY de Wendy Pillonel – Switzerland
ELISA de Kristina Shtubert – Germany
FABIJAN de Lovro Mrden – Croatia
HAUSARREST de Matthias Sahli – Switzerland
I MADE YOU, I KILL YOU de Alexandru Petru Badelita – France
ILS de Clément Verrier, Clément Brugger, Justine Durai, Philippine Lagarrigue, Léa Silvestrucci- France
IN OTHER WORDS de Tal Kantor – Israel
INDIOS Y VAQUEROS de Emilia Ruiz – Spain
INTERRUPTION de Adam Suzin – Poland
LA NUIT D’ÉMILE de Camille Picquet – France
LA RUTA DEL FIN DEL MUNDO de Anaïs Le Berre, Lucile Prin – France
LA VIE SOUTERRAINE D’ELISABET GRANGET de Isabel Loyer – France
LE FRUIT DES SOLITUDES de Fabien Viola – France
LISTE de Tara Beaufils, Florian Graff, Adèle Hamain, Pauline Tiprez – France
LOST IN HOPE de Aline Hochscheid – Germany
MANOMAN de Simon Cartwright – UK
MAYDAY RELAY de Florian Tscharf – Germany
MILLIMETERLE de Pascal Reinmann – Switzerland
MY MILK CUP COW de Yantong Zhu – Japan
NORMA’S COLOURS de Florence Kennard – UK
PALACE OF LOVE de Engku Muhammad Iqbal Bin Engku Ahmad, Tang Wan Xin – Singapore
PERRAULT, LA FONTAINE, MON CUL ! de Hugo Thomas, Ludovic et Zoran Boukherma – France
POILUS de Guillaume Auberval, Léa Dozoul, Simon Gomez, Timothé Hek, Hugo Lagrange, Antoine Laroye, David Lashcari – France
PROCEDERE de Delia Schiltknecht – Germany
SCHEHERAZADE de Mehrnoush Aliaghaei – USA
SERENADE de Pasha Egorov – Russia
SOIS HEUREUSE MA POULE de Melanie Auffret – France
THE COUNTRYMAN de Anastasiia Zverkova – Russia
THIS HOME IS NOT EMPTY de Carol Nguyen – Canada
URBAN AUDIO SPECTRUM de Marina Schnider – Germany
WOMAN WITHOUT MANDOLIN de Fabiano Mixo – Germany
WOMEN OF THE PLAINS de Narges Haghighat – Canada

Films hors compétition


A BOY’S LIFE de Irenej Vid Bošnjak – Scotland
AN AMERICAN SHORT STORY de Antony Renault – USA
CHEMIN FAISANT de Fabien Petitpré – France
CHILD de Iring Freytag – Germany
COLD SHIVERS de Marius Myrmel – Norway
CSILLAG de Aron Horvath – Slovenia
DESCEND QUI VEUT, REMONTE QUI PEUT. de Jimmy Golaz – France
DIVE WITH THE SUN de Sisley De Cruz, Marine Le Borgne, Mo Bao – France
FAÇADE de Carol Nguyen – Canada
GOODBYE, YOU de Léopold Dewolf – USA (coprod France)
HÉRITAGE de Fatoumata Tioye Coulibaly – Mali
HERMAN THE GERMAN de Michael Binz – Germany
I RAN AND RAN de Narges Haghighat – Canada
INVASION DAY de Vincent De Bellis, Terence Guilpin, Raphael Leylavergne, Mohamed Oumoumad, Milos Eratostene, Leo Lefebvre, Arthur Loiseau, Dimitri Trouve – France
JÉRÉMY de Maxime Rondeau – France
LE CLIENT de Clément Thoby, Augustin Guichot – France
LE POIDS DU MONDE de Corentin Louis – France
LES OUBLIÉS de Roman Huet – France
LUMA de Sohini Tal, Carmel Ben-Ami – Israel
MADE IN CHINA de Vincent Tsui – France
OF COMING AND GOING de Anja Stadelmann, Michael Fund – Switzerland
PERSEFONE de Grazia Tricarico – Italy
SERVICE À LA FRANÇAISE de Kevin Durand, Florian Cabaret – France
SOUKOUN de Clara Kossaifi – Lebanon
THE SHIRT de Mikhail Yarovikov – Russia
TREEGAZING de Maxime Possek, Maurice Hillmann – France
UN LOFT AU PARADIS de Alexandre Lança – France
UN REPAS AVEC TOI de Naiwei Tian – France

GALERIE D’IMAGES

commentaires fermés

Association Chalon Tout Court, 21 Avenue de l'Aubépin, 71100 Chalon-sur-Saône - contact[@]chalontoutcourt.com - 06 47 83 96 88